Le blocage d'un tricot est primordial

Pourquoi et comment bloquer son tricot ?

Partagez-moi

Bloquer son tricot, cela peut paraître long et fastidieux. Pourtant, c’est une étape très importante qui consiste à faire tremper son projet fini et à le faire sécher à plat.

Pourquoi cette étape est-elle essentielle pour les tricots en laine ?

Déjà, parce qu’elle permet à votre gilet, votre pull ou votre châle de prendre la forme souhaitée. Et parfois d’ajuster les dimensions et les mesures. Surtout, parce que le blocage « dévoile » véritablement votre travail. Les mailles s’uniformisent et sont plus régulières une fois le travail sec. Votre tricot sera aussi plus souple après ce bain !

Si l’on peut se passer de bloquer un pull ou un gilet (même si nous vous le déconseillons très fortement !), il est impératif de bloquer un projet en dentelle ou un châle. Le blocage permettra d’éviter que le tricot soit enroulé sur lui-même ou rabougri. Et il permet de dévoiler véritablement les motifs et de lui donner de l’ampleur.

Cette technique vaut pour les pièces tricotées en rond, mais aussi pour les gilets ou pulls réalisés en plusieurs morceaux et cousus les uns aux autres. Dans ce cas, vous avez le choix de bloquer chaque pièce avant de la coudre ou de bloquer le projet une fois cousu.

Après avoir passé des heures à tricoter, il faut prendre le temps de bloquer son tricot

Quel matériel faut-il prévoir ?

Le blocage ne nécessite pas de grandes dépenses ! Il vous faudra :

– Une lessive spéciale laine que vous trouverez dans le commerce ou une lessive pour laine qui ne nécessite pas de rinçage (ce qui vous rendra le processus plus simple !). La marque Soak en propose différentes bouteilles. À noter que vous en utiliserez très peu à chaque fois, une bouteille devrait donc vous durer longtemps et être rentabilisée rapidement !

– Des épingles ! Vous pouvez utiliser vos épingles habituelles, des épingles en T qui seront un peu plus pratiques, ou des peignes de blocage. Si vous n’avez pas envie d’investir, vous pouvez très bien vous contenter d’épingles classiques.

– Pour les châles, il est recommandé (mais pas obligatoire) d’utiliser des câbles qui se glissent le long de chaque côté de l’ouvrage entre les mailles de la dentelle.

– Il vous faudra une surface étanche pour mettre votre tricot à sécher. Pas la peine de vous équiper de matériel spécifique. Vous pouvez utiliser un ou plusieurs tapis de yoga, ou des tapis de jeu en mousse composés de carrés qui s’attachent les uns aux autres. Cela permet de les adapter à la taille du tricot. Précisons de nouveau qu’il faut que la surface soit étanche pour ne pas détremper le sol, notamment si vous avez du plancher !

Quel matériel pour bloquer son tricot ?

Comment s’y prendre ?

– Faites tremper votre tricot dans l’eau froide (préférable si la laine déteint) ou à peine tiède avec un peu de lessive spéciale laine pendant une vingtaine de minutes.

– Essorez délicatement le tricot : la laine a tendance à garder la forme qu’on lui donne (d’où l’intérêt de bloquer ses tricots), il ne faut donc pas la maltraiter et la tordre dans tous les sens ! Pressez-la sous vos mains pour évacuer l’excédent d’eau.

– Placez votre tricot sur une grande serviette éponge (une serviette de plage par exemple), et enroulez-là comme un burrito. Puis appuyez bien, en marchant dessus pieds nus (pour ne pas tremper vos chaussettes). Le but étant de se débarrasser d’un maximum d’humidité pour que le vêtement ne mette pas trop de temps à sécher.

– Étalez votre tricot sur le ou les tapis (selon la taille), en bloquant aux mesures souhaitées, qui sont habituellement indiquées sur les premières pages du modèle utilisé. Pour un châle, il faudra être très vigilant et bien l’épingler sur le tapis. Parfois même tirer un peu dessus pour qu’il prenne la bonne forme ou le mesurer pour obtenir un triangle parfait. Un pull, un gilet ou un bonnet seront moins difficiles à bloquer. Vous pouvez les poser simplement sur le tapis, ou les fixer avec seulement quelques épingles. C’est aussi le moment de lui faire prendre une jolie forme et de bien aplatir les raglans, le col, les pattes de boutonnières… Tous les petits détails qui peuvent parfois s’enrouler ou se soulever.

– Laissez le tout sécher. Si vous bloquez votre travail en plein hiver, cette étape peut prendre du temps. N’hésitez pas à poser votre tapis dans une pièce chauffée. Et si vous avez des animaux de compagnie, méfiez-vous d’eux ! Ils ont tendance à être irrémédiablement attirés par le linge qui sèche !


C’est fini ! Vous avez désormais un tricot harmonieux et aux bonnes dimensions ! Êtes-vous convaincus par cette technique ?


Partagez-moi

Auteur de l’article : Julien

Après avoir beaucoup cousu, je me lance à corps perdu dans le tricot et le crochet ! Je suis le créateur de la marque de vêtements pour bébés et enfants Le Papa de Jojo, ainsi que du blog Couture Enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.